• Tonton Dédé

    Après avoir retrouvé Archiloque (http://fr.wikipedia.org/wiki/Archiloque_de_Paros) bien à sa place dans un bouquin citant sa poésie, ne dit-on pas qu'il fut l'inventeur du rythme iambique, alternant temps brefs et longs, prêtant aux vers une dimension musicale qui fit de lui un grand poète lyrique, je le retrouvai hier en visitant le site de La sente de la chèvre qui bâille http://www.sente-de-la-chevre-qui-baille.net/


    coïncidence, quand tu nous tiens...


    Ce fut Tonton Dédé qui me parla d'Archiloque (VIIe siècle av JC ?); il fut d'ailleurs le seul à le faire ! Il aimait ses vers disait-il et regrettait que son oeuvre ait disparu en grande partie, et qu'il n'en restât que des bribes. Mais plus encore l'histoire de ce Grec de bonne famille devenu mercenaire, l'attirait et il appréciait aussi l'humour des remarques et des aphorismes qu'on lui prêtait et aussi sa soif d'exister et de jouir des bonnes choses de la vie.


    Cet engouement l'avait amené à utiliser le nom d'Archiloque comme métaphore pour désigner un type un peu casse-cou, d'une audace tempérée par la prudence et la circonspection. D'un homme partagé entre idéal de courage et souci de se préserver, d'un rêveur pragmatique,  il disait: "C'est un archiloque !"

    Et particulièrement si celui-ci se révélait un peu paillard et libertin.


    Tonton Dédé n'était pas mon oncle mais pour ce que j'en sais, le quatrième compagnon de ma grand-mère. Ma mère l'appelait Dédé et mon père qui portait le même prénom André mais avait toujours refusé le diminutif, le nommait par son nom de famille et celui-ci en faisait autant.


    Comme son premier homme et ses deux maris successifs, ce nouvel amoureux disposait d'une certaine fortune mais cette fois bien qu'elle fut toute petite, l'homme n'exerçait pas de profession et se disait rentier comme son père et son grand-père avant lui. Il était breton, avait beaucoup voyagé (comme tous les Bretons, remarquait-il) et il avait gardé de la "faculté" où il avait passé quelques années, le goût d'étudier.



    C'était un petit homme affable, à peine plus grand que ma grand-mère, à peine plus âgé, un peu plus de cinquante ans, très souriant, au visage rond, rose et lisse,  qui le faisait présager plus épais qu'il ne l'était car en fait, pratiquant régulièrement sports divers et gymnastique, il était mince et très en forme. Présent, dès mes 8 ans, il m"accorda le bonheur d'avoir trouvé un grand-père.


    Jamais nous n'eûmes autant de relations familiales que pendant les deux ans où il vécut avec grand-mère. Nous dînions régulièrement chez eux et vice versa. Mon père le considéra rapidement comme un ami, et ils discutaient ensemble de longues heures sur toutes sortes de thèmes.


    Son décès provoqua à plus d'un titre un drame familial. Et tout d'abord par les circonstances dont il fut entouré.


    En effet, ce fut un couple de paysans qui s'en allaient à vélo tôt le matin par une route surplombant les falaises donnant sur la mer, qui virent de loin deux hommes en burnous pousser un autre homme en tenue européenne et le précipiter sur les rochers tout en bas. Ils avertirent la gendarmerie qui se rendit immédiatement sur les lieux et trouvèrent Tonton Dédé, le crâne fracassé, le corps à demi-immergé dans la petite crique poissonneuse où il allait tous les matins pêcher dès l'aube.

    Il y eut enquête. Et l'histoire des burnous blancs asticota l'imagination des gendarmes qui trouvaient bizarre que les assassins se fussent ainsi vêtus.

    Beaucoup de gens furent ainsi interrogés et soupçonnés les uns après les autres par différentes factions, les gendarmes mais aussi les militaires et d'autres gens en civil, et le bruit courut que Tonton Dédé  n'était pas un simple rentier mais un espion à la solde d'un groupe armé ou encore de l'Etat

    Parallèlement les gens accusèrent ma grand-mère qui avait déjà deux maris disparus, de tuer tous ses bons amis et toute la famille asticotée par des rumeurs malveillantes et contradictoires l'incuta à retourner en Belgique. Ce qu'elle fit avec grand soulagement.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>









     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :